Edouard de Mareschal

Un site utilisant WordPress

Archive for février, 2010

La neige, amie de nos longues journées d’hiver

leave a comment

Il neige dans tout le Rhône. Comme l’hiver précédent, et a priori comme les suivants. Mais ce n’est pas grave, on prend l’appareil photo, et on sort pour illustrer ce qui aura une place de choix dans les colonnes du lendemain.

Me voila en train de geler au bord d’une départementale où j’ai trouvé un panneau qui signale des tournants dangereux et glissants. Après m’être fait copieusement arroser par les quelques voitures qui passaient pas là, je suis de retour à la rédaction avec ce qui fera la une du lendemain. mer 10 fév, Une, Rhône la neige revient et il manque du sel !

Written by Edouard de Mareschal

février 12th, 2010 at 5:33

Braquage d’un bar à St Didier: l’auteur des faits déclaré irresponsable

leave a comment

Direction Saint Didier, pour illustrer un article à paraître le lendemain sur un braquage qui a eu lieu dans un café le 6 janvier dernier. Ce jour là, un homme entre dans un Relais H, aux portes de Lyon. Il passe derrière le comptoir, et place son couteau sous la gorge d’une employée. Un autre employé intervient, et sera blessé à la main en tentant de le maîtriser.

Suite à une expertise psychiatrique, le tribunal correctionnel l’a déclaré irresponsable pénalement. Une décision qui laisse comme un goût amer pour le gérant et les employés du Relais. Je suis allé faire une photo d’eux pour illustrer l’article. La jeune fille qui a eu le couteau sous la gorge refusera d’apparaître dessus. 5 fév. photo bar tabac braqué à St Didier

Written by Edouard de Mareschal

février 12th, 2010 at 5:07

Le jeu des mille euros pose ses micros dans un village de l’ouest lyonnais

leave a comment

Preuve que ce jeu traverse les générations.

Pas de repos pour les braves. Vendredi soir, à l’heure où tout le monde part en Week-end, je suis allé me perdre à
Fontaines-Saint-Martin, un petit patelin au sud ouest de Lyon. Objectif du périple: faire un papier sur la venue de Nicolas Stoufflet, l’animateur de France Inter, pour l’émission mythique du jeu des mille euros.

A en croire les bouchons à l’entrée du village et la foule qui se pressait à l’entrée de la salle, l’émission vieille de plus d’un demi-siècle rencontre toujours un succès déconcertant. Voici le reportage que je publiais dans le Progrès le lendemain: 6 fév. Jeu des mille euros à Fontaines-Saint-Martin

Derniers préparatifs : Nicolas Stoufflet, animateur de l’émission cinquantenaire, s’excuse presque de son succès. « Nous sommes désolés, on manque un peu de chaise ! » Et pour cause, il est 18 h 30 passé et la salle continue à se remplir. Plusieurs centaines de personnes ont fait le déplacement pour assister à l’émission mythique de France Inter. Le temps de tester la salle à l’applaudimètre, et l’épreuve de présélection commence. Place aux jeunes.
Une vingtaine de candidats se masse devant l’estrade, et les questions fusent. « Quelle est l’unité monétaire de la Chine ? », « Qui était le peintre officiel de Marie-Antoinette ?»Puis vient le tour de la sélection des adultes. « Qui est l’auteur du Lièvre de Vatanen ? » Arto Paasa… Paasi… Grégory, jeune professeur de Technologie, bafouille, tourne le nom de l’auteur finlandais dans tous les sens. « Arto…Paasilinna ? » C’est bon ! Le voilà qualifié pour l’enregistrement de l’émission, comme cinq autres candidats qui pourront tenter de décrocher les 1 000 euros lors des trois enregistrements successifs. Face à Nicolas Stoufflet, les candidats ne se laissent pas désarçonner. Les questions tombent, rythmées par le métallophone impitoyable de Yann Pailleret, réalisateur de l’émission.
Les premiers candidats sont Chlotilde etVictor, deux jeunes lycéens. L’un est judoka, l’autre passionnée de culture japonaise. Le mélange promet de beaux résultats. Et banco ! Ils survolent les questions bleues, blanches, rouges, jusqu’à atteindre le super-banco… « Quelle est la différence entre un théorème et un axiome ? » La question jette un froid dans la salle. MaisVictor ne se laisse pas désarçonner ; le temps de chuchoter quelques mots à sa voisine embarrassée, et il donne la bonne réponse. Tonnerre d’applaudissements ! Les voila qui repartent plus riches de 1 000 euros. A partager à deux.
« Les gens viennent ici pour la culture, pas pour le gain », commente Jean-Yves Pace, le sourire aussi franc que sa moustache est fournie. Et ce n’est pas Grégory qui viendra le contredire. Le candidat malheureux de la deuxième émission repartira avec un DVD et 120 euros. Moins que l’Euromillion. Mais plus enrichissant, sans aucun doute. «On écoute France Inter en boucle, surtout l’émission du « Jeu des mille euros » ! C’est une émission de proximité, populaire et familiale. » Grégory a fait le déplacement avec sa femme Delphine et ses deux enfants Achile et Lila. «C’est toujours impressionnant de voir que notre émission rassemble autant » conclut Nicolas Stoufflet. « Elle traverse les générations. Il y a quelque chose de magique entre nous et l’auditeur ». Rendez-vous ce soir à Saint-Genis-Laval pour les sceptiques.
Edouard de Mareschal

Written by Edouard de Mareschal

février 7th, 2010 at 7:36