Edouard de Mareschal

Un site utilisant WordPress

Chronique d’une descente ordinaire

leave a comment

Inutile. Voila le mot qui me vient à l’esprit après avoir assisté à cette intervention. Dans l’après-midi, la brigade de gendarmerie de Neuville-sur-Saône nous annonce une « visite » des caves du quartier de l’Echo, à la recherche de stupéfiants. Venant de la part de gendarmes, c’est une proposition assez rare pour être acceptée, « sans condition »!

On les rejoint directement sur place, à 23 heures. Lorsqu’on arrive (la rédactrice et moi), les gendarmes finissent de se rassembler. Le parking de l’Echo est désert. Il fait un froid de chien. Deux voitures tentent de sortir en rasant les murs. La brigade les arrête et les passe au peigne fin.

Et c’est parti. Un groupe entre dans le premier immeuble. L’ambiance est particulièrement détendue. Malgré quelques balayages des façades à la lampe de poche avant de passer sous un hall… A aucun moment je les ai sentis convaincus qu’ils trouveraient quoi que ce soit. Ils se dirigent vers les cages d’escalier. Au rez-de-chaussée, une porte en bois dont la serrure a sauté donne sur une fosse d’évacuation. Deux hommes du groupement d’intervention descendent au fond. Mais en ressortent bredouille. Les visites des blocs se suivent et se ressemblent. Les cages d’escalier sont sales, jonchées de mégots et autres détritus. Avec un chien, la fouille aurait été plus efficace. Le problème, c’est que le maître-chien n’a pas trouvé sa route. Et arrive à 23h40, alors que l’autorisation signée par le procureur court jusqu’à minuit. Il ne participera pas à l’intervention.

Pendant ce temps là, dans un quartier voisin, d’autres gendarmes auront surpris un paumé qui fumait son joint. Il leur a donné ce qu’il avait. Même pas assez pour le placer en garde à vue.

Autant je trouve normal qu’ils mènent une lutte sans merci contre toute forme de trafic, autant je ne comprends pas l’intérêt de ces opérations « coup de poing ». Le chef de peloton a beau nous expliquer que c’est pour montrer qu’ils sont présent, gêner le trafic ordinaire, je reste convaincu que déployer autant de forces pour un si faible résultat ne peut que les décrédibiliser… et conforter les trafiquants dans leur sentiment d’impunité.

Written by Edouard de Mareschal

mars 15th, 2010 at 9:43

Leave a Reply